Zanniv ….

Zoyeux zanniv au blog zelf … mine de rien tu vas ton petit bonhomme de chemin …

3 ans déjà … !!!

travailleurs

 

voilà l’acte de naissance sur le Méméring

pour les photos … y a un petit frère

Folies …

Comme y a pas de mal à se faire plaisir .. j’ai mis ces deux nouveautés sur ma liste ..

non non pas celle du Père Noël … c’est beaucoup trop loin … je trouverais bien une excuse pour m’acheter ces deux trucs superfétatoires et dispendieux ..

Lire la suite de ‘Folies …’ »

Hadopi

Hadopi = Haute Autorité pour la Diffusion des Oeuvres et la Protection des droits sur Internet

à peine installée … premier couac et première jurisprudence

La Haute autorité destinée à épingler les pirates du web .. est elle-même un pirate

En effet le logo de l’hadopi présenté vendredi dernier à tout l’aéropage et en grande pompe n’est qu’un vulgaire piratage d’une police nommée « Bienvenue » déposée à l’INPI, appartenant à Typofonderie et à l’usage exclusive de France Télécom

l’agence créatice de ce logo .. est on ne peut plus légère et bien peu professionnelle sur ce coup là et ses mauvaises explications … d’erreur informatique … ne convainc personne

Va-t-on voir une condamnation exemplaire de l’agence pour piratage et d’un responsable de la haute autorité pour recel ???

732 et la belle Tamira

Eudes qui est le petit-fils de Caribert, frère de Dagobert devient Duc en 680

L’Aquitaine, ancien royaume des Visigoths devenu Duché, s’étend de la Loire aux Pyrénées.
En 721, Le Duc d’Aquitaine Eudes bat les Maures à Toulouse et, pour contenir les Maures au delà des Pyrénées il s’allie au gouverneur berbère de septimanie Munuza . il marie donc sa fille à ce chef berbère révolté . l’Emir Abd Ar-Rahman gouverneur d’Espagne tue Munuza et fait un raid de représailles en Aquitaine, pille Bordeaux, incendie l’église Saint Hilaire de Poitiers, Eudes appelle alors à son secours ses ennemis, les Francs qui sont au nord de la Loire et qui ont pour chef le duc d’Austrasie, Abd Ar-Rahman veut poursuivre jusqu’à Saint Martin de Tours, piller et revenir en Espagne. La cavalerie légère maure d’Abd Ar-Rahman se heurte à l’infanterie franque et à la cavalerie lourde aquitaine l’affrontement dure entre 2 jours (selon les historiens arabes) et 7 jours (selon les historiens francs). Le 10 octobre 732 ( peut-être le 25) lors de cette bataille de Poitiers (à Vouneuil sur Vienne) meurt Abd Ar-Rahman.

Le Duc des Francs, d’une stature colossale, musclé en hercule, vaillant comme les chefs gaulois qui luttèrent contre les Huns, avait ainsi triomphé des Esclavons, des Frisons, des Espagnols et des Maures reçut en récompense le nom de Martel, car 300 000 Maures tombèrent sous la framée.
En souvenir de cette bataille, Charles Martel fera élever une chapelle en l’honneur de Sainte Catherine d’Alexandrie, Martyre en 307. Cette chapelle connue sous le nom de « Sainte Catherine de Fierbois » fut un lieu de pélerinage dès 1415 et, dit-on, en 1429, Jeanne d’Arc y fit chercher l’épée cachée derrière l’autel qu’une légende attribue à Charles Martel et une autre à Du Guesclin ..
Charles Martel fort de sa victoire et de la faiblesse du Duc Eudes, s’empare des évêchés de la Loire pille et saccage et poursuit jusqu’à Narbonne qui ne tombera que vers 759.

Après la mort d’Abd Ar-Rahman, depuis Le Clain jusqu’à Narbonne, les bandes de Maures cherchent et trouvent refuge dans les grottes, les églises et les couvents. En particulier des bandes de Maures trouvèrent un refuge en Angoumois, vers Sigogne, Le Breuil, Dirac, Sers et Cognac. … Le Chef Maure Emou’Tasim, qui avait à son doigt une bague ornée d’un rubis, vint jusqu’à Angoulême suivi de quelques unes de ses femmes. Longtemps il se cacha dans les bois d’Hurtebise et dans les grottes de Saint-Marc. Parmi ses compagnes se trouvait la belle Tamira, originaire d’Ispahan.

Profitant un jour du sommeil de son maître, elle s’échappa de la grotte de Saint-Marc et erra pendant quelques jours au milieu des froides solitudes. L’on était en décembre et des spectres aux bras scintillants de givre semblaient se dresser à chaque pas pour lui barrer la route; elle avançait toujours cependant dans la direction du soleil levant, guidée par une voix qu’elle croyait entendre et qui lui disait: « Viens »
Après plusieurs jours de marche, elle atteignit le sommet d’une colline; un édifice se dressa devant elle. Timidement elle s’en approcha et entendit des voix nombreuses qui chantaient: « Noël ! Noël ! ».
Elle entra au moment où des hommes et des femmes, assemblés pour entendre la messe de minuit, joignaient les mains et tournaient les yeux vers un vieillard, vêtu d’une chasuble de satin dont la blancheur s’argentait d’une gerbe de lis et s’empourprait de roses en couronnes. La terreur de Tamira se changea en une douce quiétude lorsqu’elle vît tous les fronts courbés éclairés par le grand soleil d’or qu’élevait l’officiant.
Près de l’autel illuminé de cierges, dans une chaire en chêne sculpté, elle aperçut une noble dame et, priant à ses côtés, un homme à l’air imposant qui avait sur l’épaule une longue pèlerine relevée sous le, bras gauche, au-dessous une tunique rouge ornée d’une broderie d’argent. Quand la cérémonie religieuse prit fin, Tamira fut d’abord l’objet d’une curiosité inquiétante mais on venait d’apercevoir sous ses haillons un bracelet orné de saphir. Interrogée par le seigneur et la noble châtelaine, Tamira fut mise à l’abri de la foule qui la prenait pour une sorcière. Elle reçut l’hospitalité au château qui devait être appelé dans la suite, à tort, « Château de Ravaillac », et le comte et la comtesse de Taillefer, aidés de leur chapelain, la convertirent à la foi chrétienne.
Dans la suite, elle se maria; ses filles et ses garçons pullulèrent comme les poussières opalines de la voie lactée en cette nuit de décembre où elle eut l’idée de quitter la grotte.

Emou’Tasim chercha vainement Tamira. Errant sur les bords de la Touvre, il découvrit, dans les herbes une gemme qui ornait l’un des bijoux de la fugitive. Le pauvre prince ne résista pas à l’appel du Dormant, il trouva la mort dans son onde bouillonnante. Mélusine, émue de son infortune, descendit pour le voir jusque dans les ténèbres du gouffre. La fée apitoyée, d’un coup de sa baguette magique aurait fait surgir du fond des eaux une mosquée décorée de faïence en couleurs, ornée d’arabesques.

À l’heure de la messe de minuit, lorsque la cloche prend sa voix la plus claire pour appeler les fidèles, le Dormant laisse monter à la surface des plaintes qui s’achèvent en des rugissements…

Gare de La Rochelle

gare de La Rochelle

12345...38

Il a la tendrure |
Meg Cabot |
p'tits et grands bobo's |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pèle-mèle
| licorne d'alsace
| Le p'tit monde de Béné